Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier
Accueil > Tous nos articles > 5 conseils pour bien rédiger son testament

5 conseils pour bien rédiger son testament

Écrire un testament permet de s'assurer que vos volontés seront bien respectées après votre décès. Chacun a le droit de disposer librement de ses biens, mais autant que la loi le permet. Des règles existent, certaines obligatoires, d'autres recommandées.

Il n'est jamais trop tôt pour écrire un testament, sauf si vous avez moins de 16 ans. Tout peut arriver dans la vie, mais comme toujours, une bonne préparation est la clé. Si vous avez décidé de vous lancer dans l'écriture de vos volontés, assurez-vous que votre testament sera considéré comme valide le jour de son ouverture.

1. Choisissez votre type de testament

Il existe trois types de testaments. Tout d'abord, le testament olographe, simplement rédigé à la main par le testateur. Il ne sera valide que s'il est entièrement manuscrit, associé à une seule personne et bien daté.

Si vous décidez de trouver un notaire pour la rédaction d'un testament, alors il s'agit d'un testament authentique. Celui-ci se réalise devant deux témoins ou un deuxième notaire.

Enfin, il existe un dernier cas, le testament mystique, remis à un notaire, dans une enveloppe fermée et en présence de deux témoins. Il a pour particularité d'être tenu secret jusqu'au décès de son auteur.

Parfois, le testament authentique est la seule option possible. Si le testateur ne sait pas écrire, ou s'il n'est plus en état physique de le faire, ou s'il ne parle pas français, alors l'assistance du notaire est requise. De même, si le testateur peut écrire en langue française mais est muet, ou s'il ne peut ni parler ou entendre, ni lire ni écrire. L'obligation s'applique également si le testateur souhaite priver son conjoint survivant de son droit viager sur le logement ou lorsque l'on veut, par testament, reconnaître un enfant naturel dont on avait souhaité garder l'existence cachée.

2. Pensez à toutes les possibilités du testament

Le testament sert à organiser la répartition de son patrimoine, mais aussi à désigner un ou plusieurs exécuteurs testamentaires chargés de veiller à la bonne exécution de ses dernières volontés. Le testament peut aussi contenir des dispositions extra-patrimoniales : indiquer la personne qui éduquera les enfants, régler d'autres questions personnelles, organiser ses obsèques, préciser si le corps doit être légué à la science.

3. Prenez connaissance des contraintes juridiques

D'abord, pour que le testament soit reconnu comme valide, son auteur doit être sain d'esprit, majeur ou mineur de plus de 16 ans, et il doit écrire de son propre consentement.

Ensuite, si vous avez des héritiers réservataires, c'est-à-dire des enfants ou un(e) conjoint(e), vous devez respecter la part de réserve héréditaire. En d'autres termes, vous ne pouvez priver ces héritiers d'une certaine fraction de la succession. Cette part minimale leur est garantie. Ainsi, vous ne pouvez léguer à d'autres personnes ou entités que la part restante, appelée "quotité disponible".

4. Veillez à rester clair et concis

Commencer à rédiger avec la formule "Ceci est mon testament" permet de ne laisser aucun doute quant à la nature du texte. Ce n'est pas une obligation, mais un bon début axé sur la clarté.

Pour que chaque mot soit correctement interprété, évitez des textes trop longs, qui ne vont pas droit au but et portent à confusion. Vos volontés doivent ressortir clairement. Si le testament olographe se constitue de plusieurs pages, numéroter et apposer ses initiales au bas de chacune d'entre elles évitera d'en perdre des parties.

En cas de legs de mobilier ou autre objet, veillez à suffisamment le décrire, pour qu'il puisse être reconnu. Puis, identifiez bien les bénéficiaires, en précisant leur adresse de domiciliation, par exemple.

Votre testament doit impérativement contenir les éléments suivants : la date (jour, mois, année), la signature, le nom et prénoms, l'adresse, le lien de parenté des légataires bénéficiaires.

5. Déposez votre testament en lieu sûr

Où qu'il soit, si votre testament a respecté les conditions légales, il sera valide. Néanmoins, pour éviter que le document ne se perde, vous pouvez le confier à un notaire, qui l'annoncera au Fichier Central des Dispositions de Dernières Volontés (FCDDV). Vous pouvez également choisir de le confier à quelqu'un, qui le transmettra à l'autorité compétente le jour auquel vous vous êtes préparé.

Publié le 13/11/2020

A lire ailleurs