Accueil > Thématiques > Réussir sa lettre de démission

Réussir sa lettre de démission

Le contexte

Démissionner est une étape importante dans sa vie professionnelle. Pour ne pas que votre démission se transforme en épreuve de force, voici quelques aides bien utiles pour changer de travail sans trop se casser la tête.

Une décision importante


Démissionner est un acte fort, rarement anodin, qui marque une étape cruciale dans la vie d'un salarié. Que ce soit par choix ou par contrainte, pour reprendre ses études ou démarrer une nouvelle activité, pour évoluer dans sa vie ou pour changer de région, la démission provoque des changements majeurs et bien souvent irréversibles.

Peut-on toujours démissionner ?


La démission est un droit de tout salarié en CDI. En revanche, si vous êtes embauché en CDD (contrat à durée déterminée), vous devez attendre la fin de votre emploi. Trois conditions vous permettent cependant de partir avant : si vous avez trouvé un CDI, si vous partez pendant la période d'essai, ou encore si votre employeur vous y autorise par écrit.
Il est également possible de démissionner d'un poste payé en chèque-emploi-service.

Reçoit-on de l'argent quand on démissionne ?


Démissionner n'apporte aucune indemnité de licenciement, puisque ça n'en est pas un. En revanche, le salarié touchera son solde de tout compte (salaire, heures supplémentaires, prime éventuelle...), ainsi qu'une indemnité de congés payés (s'il lui reste des jours à prendre).

En outre, un employé peut percevoir une indemnité compensatrice de préavis, si l'employeur le dispense d'effectuer son préavis, équivalente au salaire touché pendant cette période. Enfin, certains salariés peuvent espérer toucher une allocation chômage, dans le cas d'une démission dite "légitime" : pour suivre son conjoint, quitter une société qui ne verse plus de salaire, fuir un harcèlement, créer une entreprise, partir en mission humanitaire...

Peut-on changer d'avis ?


Si la démission semble généralement irrévocable, en réalité elle peut donner lieu à quelques remords et il est parfois possible de faire machine arrière. Ainsi, les tribunaux autorisent un employé à revenir sur sa décision lorsque celle-ci a été prise sur une impulsion. Émotion, colère, mouvement d'humeur... Autant de raisons qui poussent parfois à claquer la porte... et à le regretter ensuite ! Si vous avez démissionné sur un coup de tête, sachez donc qu'il est possible de demander votre réintégration en faisant part à votre employeur de votre rétractation. En cas de refus de sa part, votre départ sera assimilé à un licenciement.

Comment démissionner simplement ?


Cette étape professionnelle, qui apparaît comme un moment fort de la vie d'un salarié, est en réalité une formalité assez simple à effectuer. Elle consiste essentiellement à prévenir son employeur de son départ prochain en lui adressant une lettre de démission avec préavis. Si vous souhaitez partir le plus vite possible et être dispensé de préavis, vous devez demander à votre employeur l'autorisation de ne pas effectuer cette période, à l'aide d'une lettre de démission sans préavis.

Si vous pensez que votre départ a été provoqué par des problèmes qui pourraient donner lieu à une indemnité, vous allez accompagner votre démission d'une demande de protocole transactionnel.

Une démission pour chaque fonction


Enfin, sachez qu'il est possible de quitter d'autres fonctions en démissionnant par courrier, comme par exemple lors de la démission du conseil d'administration d'une association, ou bien le départ d'un syndicat par la démission en tant que délégué syndical, ou encore pour quitter ses fonctions au sein d'une mairie en démissionnant de son poste de conseiller municipal.

Bon à savoir

La démission est un droit et une liberté : vous n'avez aucune raison à donner !